ESXi et ses nouvelles contreparties

Les limitations introduites par ESXi 5, dans sa version gratuite, ont semé le trouble. La migration depuis la version 4.1 est-elle avantageuse pour les administrateurs ? Tout dépend de leur profil…

Les adeptes de la virtualisation s’interrogent. ESXi 5, la nouvelle version gratuite de l’hyperviseur développé par VMware, mérite-t-elle de remplacer son prédécesseur, ESXi 4.1 ? Selon François Loiseau, administrateur systèmes chez OVH (notre photo), la réponse dépend de la configuration du client. « Chaque version d’ESXi a ses propres limites, explique-t-il. Avec la version 5, l’utilisateur a davantage de liberté : il peut notamment créer jusqu’à 512 machines virtuelles (VM), contre 320 VM sur la version 4.1. Toutefois, en contrepartie, VMware introduit une nouvelle restriction au niveau de la mémoire vive. »
En effet, dans l’édition gratuite d’ESXi 5, la totalité de la RAM attribuée aux VM s’élève au maximum à 32 Go. Contrairement à la version 4.1, où il n’y a aucune limitation sur cet aspect. « Avec ESXi 5, les utilisateurs ont la capacité de déployer plus de VM, mais sont bridés en termes de mémoire vive, résume François. Charge à eux de bien évaluer leur consommation avant de migrer. »

Un ESXi plus « sexy »

Pourtant, ESXi 5 a tout pour séduire. Le matériel virtuel passe de la version 7 à la version 8, apportant de nombreuses optimisations aux machines virtuelles. Cette mise à jour améliore également la gestion des processeurs : l’utilisateur spécifie désormais le nombre de cœurs lorsqu’il crée un processeur virtuel. Il gère ainsi plus finement ses ressources.
De nouveaux systèmes d’exploitation sont également supportés. « Lorsque la version 4.1 d’ESXi est sortie, en juillet 2010, Debian 6 n’était pas encore déclarée stable, tout comme FreeBSD 8.2 et CentOS 6. Ces distributions sont désormais prises en charge par ESXi 5 », précise François. Et pour la première fois, il est possible de virtualiser un système d’exploitation Apple. En effet, Mac OS X Server 10.6 est pleinement supporté.
À noter que les utilisateurs encore hésitants peuvent essayer la nouvelle version de l’hyperviseur et faire machine arrière à tout moment. « Le matériel 7 est pris en charge par ESXi 5, insiste François. Le client conserve donc toutes les VM qu’il a minutieusement configurées après la migration. Et ESXi 5 permet même de créer des VM en matériel 7. Un retour à la version 4.1 est donc sans conséquence si le test n’est pas concluant. »

Envie de recevoir nos dernières nouvelles? Inscrivez-vous à notre newsletter