ovh - Strato

Bonjour,
Il y a quelques mois, nous avons annoncé notre intérêt dans l’étude
du dossier de l’achat de Strato et un éventuel achat de cet hébergeur
allemand. Courant le mois d’Août on nous a fait comprendre qu’Ovh
n’est pas le bienvenu dans cet opération. En effet, nous n’avons pas
pu recevoir les informations élémentaires (et quasi public) sur Strato
qui sont nécessaire pour pouvoir commencer à étudier le dossier (avec
les banques etc). On nous a dit qu’il fallait qu’Ovh communique ses
propres informations financières avant de recevoir celles de Strato
(euhh ... qui est à vendre dans l’histoire ?). C’est d’autant plus
incompréhensible puisqu’en même temps nous avons reçu plusieurs banques
d’affaire (intéressées de nous accompagner dans l’opération) qui, eux
ont reçu ces informations et qui nous ont présenté ces informations
avec leur analyse en prime. Bref, on s’est dit que tout ça n’est pas
logique, il y a des enjeux derrière, on a attendu le mois de Septembre
pour avoir le coeur net et comme ça n’a pas changé, on annonce que ce
dossier se fait sans Ovh. Acheter les autres, oui, non, peut être, il
faut voir, mais pas à condition de perdre notre propre autonomie. Ovh
reste le dernier hébergeur indépendant en Europe et tire sa croissance
grâce à la liberté d’action qui lui permet d’aller là où nos concurrents
n’iront pas forcement. Ainsi, Ovh peut se permettre de bouger les lignes,
remettre en cause les marchés, lancer les produits innovant, tester de
technologies et pourquoi pas lancer les nouveaux marchés car nous acceptons
le risque d’un échec. En effet, on pense qu’on ne peut pas prendre le
risque de réussir sans prendre le risque de se tromper. Et notre liberté
actuelle nous le permet. Au finale, le client a toujours les dernières
innovations du moment, les dernières idées du moment à des prix abordables.
Il est donc gagnant dans l’histoire. C’est comme ça qu’on peut interpréter
le fait qu’il continue à nous faire confiance tous les jours. Grâce à ses
commandes, le client favorise notre modèle de développement qui se veut un
"win-win" système. Nous sommes très content d’avoir pu exporter ce système
dans 11 pays en Europe et de faire profiter d’autres clients en Europe avec
ce principe de fonctionnement, certes, un peu diffèrent, surprenant et parfois
difficile à croire. Mais comme 1/5 de notre chiffre d’affaire est désormais
faite via nos filiales, on pense qu’on est sur la très bonne voie pour
l’imposer partout en Europe.

Amicalement
Octave

Envie de recevoir nos dernières nouvelles? Inscrivez-vous à notre newsletter